Archives de Tag: printemps

Gentil coquelicot nouveau

Ayé, c’est le printemps. L’été même, avec un thermomètre qui s’affole à 26 °C!

Tous les symptômes sont là : grand ménage de printemps, envie de changer de déco, de bronzer en terrasse (à ce propos, le café/brasserie du théâtre de l’Odéon et son ensoleillement pourtant alléchant sont à bannir, les serveurs y sont sous-qualifiés et cons comme des balais, compter au moins trois quart d’heure pour qu’on vous apporte votre noisette), de se lever tôt (si si, et pas que quand on a pilates), d’entamer un énième nouveau régime, et surtout, surtout, et c’est là que le bât blesse, de garnir sa garde-robe déjà pleine à craquer de nouvelles pièces toutes plus indispensables les unes que les autres.

Ne comprenez-vous pas (le vous c’est la dizaine de personnes à qui je viens déjà d’en parler et qui sont plutôt sceptiques) qu’il me faut a-bso-lu-ment cette superbe petite robe rouge essayée chez Sinéquanone et qui porte le doux nom de « robe bustier coquelicot » ? Ne savez-vous pas (non vous ne savez pas visiblement) qu’elle me va à ravir, qu’elle me fait des épaules à croquer et que sa longueur mi-mollet Mad Men m’affine la cheville (et que c’est pas du luxe) ? Il faut bien que je me trouve la robe que je porterai au mariage de beau-papa en juin, enfin! Et il est évidemment hors de question que je porte une des 899 robes de ma penderie, que j’ai par conséquent portées au moins 2 fois chacune (suis nulle en math, là n’est pas mon propos de toute façon). Tout simplement im-pen-sable.

Où est le problème me direz-vous? C’est le printemps, je viens de fêter mes 30 ans et j’ai bien le droit de me faire plaisir comme  je l’entends. Le hic, c’est que:

1) j’ai déjà fêté comme il se doit mes trente ans et que si je m’écoute, je vais le fêter tous les jours comme ça jusqu’au prochain anniv,

2) cette jolie frusque coûte 99 euros, et qu’attendu (pour ceux qui suivent) que je vis en couple et que  je cotise désespérément avec mon bien-aimé pour un voyage à NYC , que cet acte sera par conséquent perçu par tous comme purement égoïste et motif à rupture du pacs), qu’attendu que je suis déjà dans le rouge (comme la robe, c’est marrant hein…) le 7 du mois,

ce n’est a-bso-lu-ment pas raisonnable. Celui qui partage ma vie et qui est d’habitude d’une patience et du tolérance sans égal face à la gestion désastreuse de mon budget, m’a d’ailleurs glissé un « si tu l’achètes, je serai très déçu ». Whaou. Là, ça craint. (Éventuellement, celles qui pensent que s’offrir cette robe n’est pas un crime de lèse-majesté ni un acte de pure déraison sont priées de ce manifester dans les commentaires en bas de cet article, ça m’aiderait bien à déculpabiliser si je craque. D’avance, merci.)

J’aurais jamais dû l’essayer, cette p….. de robe, voilà le truc, je sais pourtant qu’il ne faut jamais essayer quand on peut pas acheter. Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!

J’ai pas dit mon dernier mot, j’irai faire un tour chez Goldy Mama (14 rue du Surmelin, 20ème), ma boutique vintage préférée dans laquelle j’ai trouvé une robe ricaine superbe (mais déjà portée moult fois bien sûr et surtout inaugurée lors du mariage de Belle-Maman).

To be continued…

Publicités

5 Commentaires

Classé dans ça m'énerve!, Il me le faut!, On devrait s'en foutre!, Showroom, Vanités

Un Printemps à Noël

Je reviens d’une petite promenade shoppesque près des Galeries Lafayette. Je dis près car les vitrines de Noël du magasin Printemps m’ont attirée en premier dans leurs tentacules lumineuses et scintillantes. Promis, je reviendrai pour les vitrines des Galeries.

Le Printemps a choisi de consacrer deux vitrines aux petits et grands enfants, avec de belles farandoles de marionnettes dansant le french cancan ou préparant un buffet sur fond de musique classique. Très réussi.

Les trois autres vitrines débordent d’une profusion de glitter et de paillettes, de plumes de paon et de manteaux en fourrure (y compris pour les mannequins-chiens), de robes en lamé-or, de coiffes complètement folles, d’animaux empaillés (pas les chiens je vous rassure, quoique pour certains on les préfère empaillés – cf voisine du dessus…) et de vaisselle hors de prix.

Tous les produits présentés sont superbes, et m’ont fait rêver l’espace d’un instant (j’adore la robe en lamé!), mais par ces temps difficiles (pour les classes populaires et moyennes s’entend), cette débauche de luxe jetée à la face des passants a fini par me faire penser à un gros gâteau aux multiples couches de crème chantilly et de génoise, et qui finit pas donner la nausée…

2 Commentaires

Classé dans ça m'énerve!, Showroom