Archives de Tag: franche rigolade

Les hommes préfèrent les drôles

C’est l’été, et en attendant d’aller voir le blockbuster La Planète des Singes, les Origines, le tant-attendu Drive avec le beau Ryan Gosling à la rentrée, ou l’utra déprimant dernier Lars Van Trier, Melancholia, je me suis encore payé une bonne tranche de rigolade.  Après la comédie gastronomique anglaise The Trip, devant laquelle  j’ai littéralement pleuré de rire, je me suis régalé avec la comédie premier-degré-un-peu-trash made in USA, Bad Teacher.

Et j’ai encore une fois pu m’incliner devant les talents de comédienne, au sens d’actrice de comédie, de Cameron Diaz. Depuis Mary à tout prix, son destin est scellé. Difficile pour elle de passer un jour au registre dramatique, elle qui excelle à nous faire rire (son interprétation dans le thriller The Box ne m’a pas convaincue).

Il paraît que dans la vraie vie, elle rote, rit très fort et parle comme un charretier. On veut bien le croire. Toute en jambes (interminables, la vilaine) et en muscles (trop?), le visage un peu trop plastique à mon goût (qui n’a pas dû voir que la moitié d’un bistouri ou d’une seringue), le teint hâlé (le surf ou les UV?) les yeux bleus piscine, elle envoie toujours du bois. Elle dit dans une interview (Madame Figaro, Grazia, je sais plus, je lis beaucoup trop de féminins, vraiment), qu’elle a décidé de mener une vie plus saine, d’arrêter la junk food et la picole, et de faire beaucoup plus de sport… Mmmmh, je vais y penser aussi je crois, mais question sport, si elle insiste, Miss Cameron risque fort de ressembler à ça, elle qui est déjà plutôt musclée :

Son personnage de garce veinale, hypocrite, fumeuse de joints à la descente plus qu’honorable, qui enchaîne les plans loose (une colloc avec un gros poilu aussi ragoûtant que son appartement) autant que les mensonges (elle prétend avoir une prescription médicale pour fumer son buzz au nez de ses élèves), se révèle plus qu’attachant. On se réjouit des trésors d’imagination qu’elle déploie pour trouver la bonne poire qui l’entretienne. Larguée par un gentil garçon qui a eu la bonne idée d’être très friqué (gentil ici = très con con) et la moins bonne d’avoir une mère qui lui ouvre les yeux, elle est obligée de retourner dans son ancien collège pour enseigner, le seul métier qu’elle sache faire, mais mal. Ses méthodes sont peu orthodoxes et ne visent qu’à servir ses intérêts personnels : elle passe à ses élèves des films à longueur de journée pendant qu’elle pionce derrière son bureau, et les motive à trouver les bonnes réponses en leur balançant des ballons de basket au visage.

L’intrigue (légère mais bien ficelée) prend corps quand elle jette son dévolu sur un jeune professeur remplaçant, qui se révèle bien sûr être un richissime héritier. Justin Timberlake, qui fut son compagnon à la ville pendant 3 ans, incarne un beau gosse niais, un peu simplet et très catho, habillé comme un prêtre en tweed et chemises à carreaux, dont l’ex-compagne avait d’énormes seins.

Ce qui motive le personnage de Cameron à se mettre en quête d’argent pour se payer des nouveaux boobs, quoi qu’il en coûte (hilarante scène du lavage de voitures…). Son imagination  n’a pas de limites et tous les coups sont permis, en particulier pour évincer sa rivale, une prof coincée, obsédée par son boulot et psychotique refoulée (Lucy Punch, un peu caricaturale).

On se marre de voir Preppy Justin  pousser maladroitement la chansonnette en s’excusant parce que c’est sa « première compo ». Mais son personnage de neu-neu  ne parvient pas à rivaliser avec la brûlante Cameron, et il est même eclipsé par le prof de gym incarné par le charmant Jason Segel, un ours à l’humour décalé, qui seul semble parvenir à cerner la blonde furie sans jamais renoncer à la séduire…

L’amour et les nobles sentiments finissent bien sûr par triompher, l’humour et le second degré étant les meilleurs atouts drague qui soient…  A condition qu’ils soient partagés et que l’autre ne vous regarde pas comme ET à la première blague douteuse (souvenez-vous de l’adage « on peut rire de tout mais pas avec tout le monde »…). Balais dans le c.., s’abstenir!

Publicités

2 Commentaires

Classé dans On se fait une toile?

La Parisienne

Avant d’aller faire dodo, un petit post bien mordant trouvé sur le net :

Ode à la Parisienne
C’est tellement ça….

4 Commentaires

Classé dans ça m'énerve!, La Perle du net